Planète zombie

Zombies, vous avez dit zombies ? Alors que les faits divers sordides s’enchaînent depuis quelques semaines Outre-Atlantique, les amateurs de frissons ne peuvent s’empêcher d’y voir un signe de fin du monde, d’apocalypse ou bien les prémisses d’une invasion de zombie… Avant de sortir les machettes et les fusils à pompe du placard, votre Martine inspecte de près ces mangeurs de chair fraîche.

Un virus sur la Côte Est ?

Tout chasseur de zombie qui se respecte doit avoir une carte précise et actualisée pour connaître les zones de contagion. A priori, les vacances en Floride, c’est pas une bonne idée pour le moment. Le 26 mai, un mec – nu – tente de manger le visage d’un passant à Miami avant de croquer à pleines dents dans le cou et la face d’un second. Tout en mâchouillant, le cannibale essaye alors de crever les yeux de sa victime.

Le lendemain, un anesthésiste, le docteur Bird tente de cracher du sang sur les flics qui sont entrain de l’arrêter, à Hollywood. Si ça c’est pas une tentative de contamination, je n’y connais rien… Personne ne peut contrôler le bon médecin, aujourd’hui fou de sang, alors qu’il était « normal » avant de monter dans sa voiture !

Si c’est pas un bon zombie bien comme on les aime, ça ?!

Dans le Maryland, un étudiant dévore son colocataire. Plus Hannibal Lecter que Zombieland, il le tue avant de manger son coeur et une partie de son cerveau. Ces quelques cas sont suffisants pour créer une psychose chez quelques uns.

Le Centre de contrôle des maladies (CDC) aux Etats-Unis a utilisé ce phénomène pour sensibiliser la population aux situations de catastrophes. Grâce à l’analogie des morts-vivants, elle a mis en place une camapagne de com’ façon Resident Evil.

Derrière ces drôleries, tout vivant bien préparé doit garder en tête que des cas de zombifications existent chez les fourmis ! Au Brésil, des champignons prennent possession des fourmis , contrôlent leur esprit pour disséminer leurs pores.

Attention, la science commence même à se mêler du phénomène. Selon Samita Andreansky, virologue à l’Université de Floride de Miami, en combinant le virus de la rage avec un virus de la grippe mutée, on pourrait jeter les bases d’une pandémie de zombies.  Bref avec la carte, les données scientifiques et le kit de survie, n’importe qui est prêt à survivre à une attaque de zombie…

Pauline Amiel

Publicités

Témoignage : la Generation Y en lutte

Les 15 -30 ans ont été glorifiés. Cette génération Y est apparue comme la plus audacieuse, innovante et prête à répondre aux challenges actuels. Or, la réalité est bien plus difficile. Malgré leurs atouts, ces actifs (ou futur actifs ) sont dans de beaux draps. Mélanie en est l’exemple même. 

Les propositions sont nombreuses. Contrats en intérim, stages à rallonges, ou un abonnement prolongé à Pole Emploi. Le futur de la génération Y n’est pas à l’image des succès de Zuckerberg ou Steve Jobs. Il parait bien austère.

Aujourd’hui, le mot « Diplôme  » ne suffit plus pour trouver un emploi. Il faut alors redoubler d’effort. Melanie, titulaire d’une licence en commerce, s’est confrontée à cette dure réalité. Alors qu’elle rêvait de devenir une grande commerciale à l’internationale avec ses 3500 euros par mois, son appartement et ses chaussures de luxe. Bref, un remake de Sex & the city … Elle se retrouve chez Gaz de France. Malgré les privilèges de la boite – tickets resto, congés payés…- elle rêve de trouver un boulot en lien avec ses études. C’est pas demander la lune, non plus. Du coup, « Lors de mes jours de repos, je passe des entretiens  » commente la jeune femme.

Girl VS Précarité

Mais la lutte contre cet état des lieux est difficile. Acharnée, Mélanie accepte toutes les offres . Et prend plus de temps à passer des entretiens qu’à faire des virées shopping entre copines. Par conséquent, elle est plus que rodée. Et pourrait même écrire un livre « Comment passer des entretiens pour les nuls ». Vraiment.

Face à des interlocuteurs toujours plus fous, elle a du répondre à des pseudos tests de personnalité. « Citez 3 animaux instantanément. Trois outils qui vous viennent directement à l’esprit. » Freud était peut être parmi les recruteurs. Sans complexe d’Oedipe, elle se prête aux exercices. Et  au jeu du  » Attrape moi si tu peux ». Ainsi, elle passe parfois 5 entretiens pour le même job. « Ben c’est la crise Mademoiselle. Il faut qu’on prenne la bonne personne » expliquent maladroitement les recruteurs. Pis, ils prétextaient « l’attente de l’élection présidentielle » pour embaucher. Mais alors, pourquoi faire passer des entretiens?

Un routine maussade

Dans sa routine de chercheuse d’emploi acharnée, elle continue à enfiler son tailleur de circonstance. Sans se démotiver. Une agence de fitness? « Pourquoi pas ! » Dans les assurances ? « Pareil ! » Mais elle n’en peut plus d’entendre qu’elle est sur-diplômée pour le job, Mélanie. Ou qu’elle n’est pas prise (après 4 mois d’attente avant la réponse) car elle ne joue pas au foot.

Comme si ce n’était pas assez difficile, la discrimination prend de l’ampleur. Alors Mélanie va devoir continuer à répondre aux appels des clients désabusés de Gaz de France, ceux qui ne peuvent pas payer leurs factures. Elle aura la tête ailleurs, vers de nouvelles prospections. Heureusement, la ténacité est une des caractéristiques de la génération Y.  Mais c’est tout de même un sale temps pour les descendants des baby boomers.

Martine