Comment va la vie dans le monde ?

Pour tous ceux qui pensent ne pas être entendus par les élites et les institutions, l’OCDE propose un indicateur du vivre mieux. En quelques clics, tous peuvent participer à une vie meilleure, loin des critères purement économiques.

En quelques clics, tout internaute peut participer à ce grand questionnaire sur la qualité de vie.

L’environnement, le travail ou l’éducation. Quel est le plus important pour une vie meilleure ? Grâce à l’OCDE, tous les internautes peuvent faire bouger les choses en indiquant les thèmes les plus importants à faire évoluer pour une vie agréable.

C’est simple. Il faut sélectionner ses priorités parmi 11 critères et les classer selon l’importance. En ajoutant son âge, son sexe et son pays, l’internaute participe anonymement à ce grand sondage international. Quitte à rajouter une petite phrase pour exprimer son état d’esprit.

« Pour les citoyens du monde entier, l’indicateur du vivre mieux constitue une manière originale de mesurer et de comparer la qualité de vie en allant au-delà des données brutes et arides du PIB, selon le secrétaire général de l’OCDE, Angel Gurría, Nous envisageons de le modifier dans les années à venir et d’en faire l’instrument privilégié de l’élaboration de politiques meilleures pour une vie meilleure ».

Au delà de se sentir vraiment pris en compte, le programme « Better life » permet aussi de se comparer aux autres pays ou aux personnes qui correspondent aux mêmes critères que soi. 

La France plutôt bien lotie

Et alors, en France, ça donne quoi ? Selon les indicateurs de l’OCDE, les Français sont bien placés au niveau de la qualité de vie. Les liens sociaux, la santé, l’environnement et la sécurité sont les critères mis en valeur.

La France, un pays où il fait bon vivre

A l’opposé, l’éducation fait descendre le pays derrière le Royaume-Uni et la Russie. Les revenus, eux-aussi, ne satisfont pas les internautes français qui ont répondu au questionnaire.  » En France, le revenu moyen gagne 27 789 USD par an, soit plus que la moyenne de 22 387 dollars dans les pays de l’OCDE. Mais un écart considérable sépare les plus aisés des plus modestes – les 20% les mieux lotis touchent environ quatre fois le montant perçu par les 20% les moins bien lotis. »

Globalement, selon l’OCDE, les Français sont « plus satisfaits de leur vie que la plupart des citoyens. 73 % des personnes interrogées indiquent vivre plus d’expériences positives au cours d’une journée moyenne (sentiment de repos, fierté d’avoir accompli quelque chose, plaisir, etc.) que d’expériences négatives (douleur, inquiétude, tristesse, ennui, etc.). Ce pourcentage est supérieur à la moyenne des pays de l’OCDE, qui s’établit à 72 %.  » Malgré cela, rassurez-vous, les Français se garderont toujours le droit de râler.

Pauline Amiel

« Habillés pour la présidentielle » EPISODE 11

SANS CONTREFAÇONS, CORINNE A LA PAGE

« Elle cherche, elle cherche… ses 500 signatures… » Corinne est brushinguée pour la présidentielle. Et elle souhaite prendre le chemin le plus écologique possible. Sans oublier le retour à« un nouveau combat féministe ». Alors quelle est sa technique vestimentaire pour faire la différence ?

Milles visages pour une femme. Cela pourrait être le slogan de Corinne Lepage, candidate du mouvement Cap21 (Citoyenneté, action, participation pour le XXIe siècle). Avant, elle était copine avec François et faisait partie de la bande du Modem. Alors, elle arpentait les médias vêtue d’une belle écharpe orange. Heureusement pour son look, elle a délaissé le parti pour se consacrer à Cap 21. Ouf ! Pour se re-construire (vestimentairement parlant), elle a alors presque tout piqué aux copines.

Corinne, avant c'était ça !

Toutes les femmes de sa vie en elle réunies

Corinne, elle serait une « Anne Sinclair capillaire », voire une Martine Aubry du casque. Personne ne peut le nier. Ce brushing carré, à base d’une toison touffue de cheveux rèches et fragiles, fait très « première dame ». Tout est CA-LI-BRE. En somme, c’est un casque volumineux qui impose un certain respect. Et tout comme elle a délaissé le orange, elle a stoppé la couleur auburn pour un brun foncé aujourd’hui.

Un brusching fixé !

Plus que cela, elle est très Ségolène Royal dans ses tenues. On reconnaît la ségo touch avec des coupes carrées, originales. Ainsi, Corinne ne nous assomme pas avec  des tailleurs traditionnels ou des jupes aux genoux.

Corine a piqué la veste que Ségo portait en 2007

À la manière de Lady Gaga, elle ose l’originalité. Enfin, elle porte des épaulettes ou des vestes sans col… Elle n’innove pas qu’au niveau écologique la Corinne.

Elle assure en tee-shirt à épaulettes sur TF1

Le grand bleu

Le bleu est synonyme de sérieux en politique. Soit, Corinne le prend en compte. Mais elle le re-visite. A coup d’étoles ou de chemisiers en soie, elle varie les bleus. Tantôt indigo, canard ou bleu pâle. Elle met un grand coup de pied au marine tant convoité par ses concurrents.

Corinne voit la vie en bleu !

Et son côté « vert » ressort également. Eva Joly a regagné en popularité avec sa veste en cuir. Corinne pique sa stratégie. Plus malicieuse, elle ose le cuir rouge bordeaux. Bon c’est vrai, Corinne finit par refuser tout parti pris. Du coup, elle minimise les risques en piquant les petits plus des compères. Et d’ailleurs, c’est une stratégie qui peut faire ses preuves. Car Coco elle accessoirise toutes ses tenues.

Rock'n roll

Le bio, c’est mieux

La bio woman fait tout pour être proche de ses valeurs. Alors elle mange, nettoie et s’habille bio. Et y a pas à dire, c’est DOUXXXX le coton bio. Pour compléter son côté écolo-ethnique, elle dispose d’une panoplie de bijoux en argent. Que ce soit les sautoirs ou ses habituelles créoles, elle ne sort jamais sans. Autre coup de folie : le chemiser léopard. Son côté féroce ressort. Corinne ne va pas se laisser marcher sur les pieds.

RRRrrrrrhhh

Sans compter sur son principal atout : un regard de rêve. Alors pour charmer les maires et récolter les 500 signatures, elle le valorise d’un trait d’eye liner et de crayon khôl. On croirait presque voir les yeux torrides d’une Shéhérazade. Mais ce n’est que Corinne. Corinne et ses 0.5% d’intentions de vote. Habillée, elle est prête à se battre pour la présidentielle !

Bijoux + regard bleu azur = piège à électeur

Sandra Cazenave

« Habillé pour la présidentielle » EPISODE 6

Les bottes de NKM ou les robes de Rachida captivent la planète mode. Les politiques sont devenus des êtres ultra-lookés pour fouler le podium de l’Elysée. La stratégie est claire : afficher un style de futur chef de l’état. Sans relâche, votre Martine a débusqué les faux pas, comme les reconversions vestimentaires. Alors IN ou OUT ?

LE GRAND BRUN AVEC UNE CRAVATE ROUGE

A bas l’ « austérité » de Bayrou, Joly ou Hollande ! La gueule ouverte (pour sourire ou hurler), il crie sa fouge. Sa soif de renverser les grands. Et tout cela, on le lit dans les plis de son pantalon. Alors, Jean-Luc Mélenchon, un rebelle In ou un BOBO Out ?

« Montebourg a choisi sa cravate. La mienne est rouge! » a -t-il déclaré. Du rouge, du rouge et encore du rouge. Non, ce ne sera pas une chronique sur la fameuse écharpe de Christophe Barbier ou sur les lunettes d’Eva Joly. Ici, on va parler d’un homme qui n’a pas peur de s’énerver, voire de traiter les journalistes de « petite cervelle ».
Dans l’épisode « Présidentielle 2012 », Jean-Luc Mélenchon nous sort son arme fatale, la cravate rouge ! Une marque de fabrique  empruntée à son idole, François Mitterrand.

Son idole

SOBRIÉTÉ ASSURÉE

Costume sombre, chemise blanche et cravate rouge. Encore et encore (je vous avais prévenu). Jean-Luc a trouvé son truc, sa touche d’excentricité pour égayer le traditionnel trois piècse. Rien de plus. Face aux autres candidats plus bling bling, il refuse tout signe ostentatoire ! Pourtant cet assemblage noir-blanc-rouge reste anti-consensuel.

Quand c'est pas la cravate, c'est l'écharpe !

La touche rouge graphique fait de lui un homme reconnaissable. Sans compter que le rouge, c’est la passion , l’engagement, la fougue. Et le parti communiste. Sa cravate (ou son écharpe) le représente : un engagement ardent en faveur des valeurs de gauche.C’est bon, Jean-Luc a trouvé son uniforme de campagne.

ANCIEN BARBU

Jean-Luc a bien changé au cours de sa carrière politique. A 35 ans, l’homme devient le plus jeune sénateur de France. Engagé auprès de Mitterrand, il se donne des airs de Jaurès (un autre de ses modèles) avec sa longue barbe. Aujourd’hui, elle a disparue. Jean-Luc se rase de près, mais laisse ses cheveux libres. Poivre et sel naturellement ou parfois couleur chocolat (ahhhh les dérives des coiffeurs!).

Un  regard mystérieux, un clin d'oeil à gauche !

Mais l’homme a gardé le même état de style. Alors oui, Jean-Luc ne se vêtit pas de costumes Dolce&Gabbana ou tout droit sortis de grands couturiers. Mais cela va avec son train de vie. Jean-Luc se déplace en métro ou RER, pas de quoi porter une chemise en soie. Alors il est plus simple que les autre, et le revendique ! La chemisette blanche pour l’été et le gros manteau noir en hiver. Et parfois, quand il a un grain de folie, le costume marron en velours côtelé. Mais c’est ces jours la, il vaudrait mieux s’abstenir !

C'est pas ton meilleur choix Jean Luc !

ÇA, C’EST NOTRE JEAN-LUC !

Son habit de présidentiable, tel un uniforme, est toujours identifiable. Alors forcément, ce n’est ni le plus looké, ni le plus chic.Mais il rassure les français. Les sondages le prouvent. Le candidat du Front de gauche est en effet solidement ancré à 7% ou 7,5% aujourd’hui. Une nette amélioration. De quoi écrabouiller Eva Joly et ses lunettes rouges.

Sandra Cazenave

« Habillé pour la présidentielle » EPISODE 5

Les bottes de NKM ou les robes de Rachida captivent la planète mode. Les politiques sont devenus des êtres ultra-lookés pour fouler le podium de l’Elysée. La stratégie est claire : afficher un style de futur chef de l’état. Sans relâche, votre Martine a débusqué les faux pas, comme les reconversions vestimentaires. Alors IN ou OUT ?

DOMINIQUE DE VILLEPIN, UN HOMME DANS LE VENT

L’homme au 1 à 2 % d’intention de vote est à la recherche de signatures. Et il rame. Mais côté physique, pas de soucis à se faire. Il fait l’unanimité. Passage en revue de la star des podiums, l’irrésistible Dominique.

Dominique, c’est la classe naturelle. Des costumes ajustés, un bronzage californien, une crinière échevelée, un regard bleu acier. En somme, c’est le Bernard de La Villardière de la politique. Mais est ce qu’il a la tête de l’emploi ?

Selon le MIT (Massachusetts Institute of Technology), OUI. Dominique De Villepin aurait une stature de président. Cet institut a publié une étude très argumentée sur la place de l’apparence en politique : l’attitude, voire même le physique du gagnant. Pourtant Domi n’a  jamais remporté d’élections, mis à part la palme du plus beau gosse.

La palme d'or du style est décernée à .... Dominique !

Un prix qui revient souvent pour l’ex-premier ministre. Les femmes françaises, et certains hommes, le dévorent des yeux. Selon un sondage réalisé en décembre 2004 auprès d’un échantillon féminin, Dominique de Villepin appartient au trio le plus « chic » de la classe politique, avec Jack Lang et Nicolas Sarkozy.

Le chouchou des magazines

Son style y est pour beaucoup. Domi cultive la mèche sur le côté (très «Upper east side » ) et les jolies phrases (très BOBO parisien). Dans un entretien accordé au magazine GQ, Dominique utilise les figures héroiques pour se décrire.
Ah ce héros ! Pour continuer à être chevaleresque, il faut avoir le physique qui suit. Alors Domi, il court. Seul ou avec son fils.  Petit polo qui va bien, short basique et cheveux dans le vent : encore une fois aucune faute de goût. Pas comme Nicolas. Domi, lui a une silhouette svelte, élancée à conserver. Car  la vérité, c’est qu’il mise beaucoup sur son physique de « vieux beau ».

La beauté, héréditaire chez les De Villepin

Pour mettre en valeur ce corps, Domi devient le roi des podiums de l’Elysée. Il incarne le « luxe à la française ». La panoplie de ce fashion politique : le costume trois pièces. Vous me direz, « encore et toujours ». Mais non. Par son style, il casse les codes de la classe politique française. Preuve en est : ses fans sont essentiellement les jeunes, plus admiratifs de sa classe que de son programme politique.

T'as le style Domi !

Il est le seul, l’unique à oser les vestes un « peu » cintrée (il n’a plus 20 ans tout de même). Pas besoin de cacher une bedaine, elle est inexistante ! Et pour les chemises, pas de grands couturiers français. Elles sont italiennes, à col pointu. Pour panacher le tout, il agrémente ses trois pièces de cravates colorées, à poids ou rayées. Muni de cette tenue de présidentiable, Domi s’impose avec une stature élégante à souhait.

Un look d'écrivain
Dans l’intimité, Domi c’est le charme aristocratique. Un petit col roulé noir (décidément très en vogue chez nos hommes politique), une veste en velours sombre et c’est parti. On le verrait presque en écrivain moderne affrété de cette manière. Car Domi, même s’il est naturellement très chic, se démène pour se rapprocher de « la France d’en bas ». Alors le Salon de l’agriculture, il aime ca. Tout comme gouter les mets français. Y a pas a dire, c’est l’héritier ultime de Chichi. Mais en plus beau.

Un homme simple...

Plus que tout, notre fashion victime politique a une vision avisée sur la mode. Ses limites ? Les excentricités de Lady Gaga. « Il y a quelque chose que je lui reproche, c’est ses chaussures » avait-il déclaré. Pas encore prêt à tester les cravates à paillettes notre Dominique ! 

Sandra Cazenave