Le printemps érable, nouveau mai 68

Le printemps arabe, c’est SO 2011. EN 2012, il faut suivre le « printemps ERABLE ». Cela fait plus de 100 jours que les étudiants québécois manifestent dans les rues de Montréal. En cause, l’augmentation de leurs frais de scolarité. 

Les étudiants sont révoltés.

Manifester en sous-vêtements? Ils l’ont fait. Comme cela n’a rien donné, ils prennent un tournant  plus radical.  Montréal a connu ses premières violences entre étudiants et autorités. Vitrines cassées, bouches d’incendie détériorées et arrestations d’étudiants. Les piquets de grève ont laissé place à « un chaos indescriptible« .

La manif vue avec dérision par les twittos.

Et pour cause. Le mouvement étudiant est devenu ILLEGAL. Suite à une loi « spéciale «  votée par le Parlement vendredi dernier, des limitations à la liberté de manifester et aux piquets de grève devant les établissements ont été imposées. Grâce à cette « loi matraque », un gréviste risque dorénavant une amende de 1000 à 5000 dollars par jour. Et la contravention va jusqu’à 125 000 dollars pour les organisations.

Les policiers communiquent avec les manifestants par le biais de Twitter.

Près de 50 % des étudiants sont actuellement en grève. Ils refusent de voir leurs frais de scolarité augmenter de plus de 80 %. Cela les placerait à équivalence des frais nords-américains, soit 4000 dollars par an en moyenne.

Les Indignés version québécoise

Plus qu’une simple manifestation, c’est le mouvement d’une génération qui s’insurge contre les logiques néo-libérales. Il n’est pas sans rappeler celui des Indignés, tant dans ses revendications que dans ses modes d’action. Aussi, les étudiants utilisent les réseaux sociaux pour se rassembler, avec le hashtag #manifencours. Et chose nouvelle, le Service de police de la ville de Montréal communique directement avec les manifestatnts connectés sur Facebook et Twitter.

Les indics 2.0.

Plus que cela, ce mouvement crée une réelle solidarité. Mardi, ils étaient des centaines de milliers dans le centre de Montréal. Pour soutenir les étudiants, des syndicalistes et des Québécois marchaient dans la rue avec eux. « De plus en plus de célébrités se rangent du côté des étudiants. Et c’est à cause du comportement du  premier ministre, qui n’agit pas en tant que tel » constate Gauthier, étudiant aux Trois rivières. Selon lui, Jean Charest se moque des étudiants.

Des soutiens affluent sur les réseaux sociaux

Gégé, lyonnaise d’origine, étudie l’administration à l’université des Trois rivières dans le cadre d’un échange erasmus. Même si elle suit le mouvement, elle n’est pas directement concernée. « Les diplômes en administration ne font pas grève comme d’autres….nous avons juste eu 2 semaines sans cours » indique la jeune femme. Et même si elle n’est pas favorable au blocage, elle le considère comme «  un moyen de se faire entendre. » A côté de cela, les étudiants continuent d’organiser des actions symboliques. Vendredi, des élèves de l’université Laval, ont déposé une tête de cochon géante à l’entrée de l’édifice du ministère de l’Agriculture, des Pêches, et de l’Alimentation du Québec. A quand le retrait du gouvernement ? Ou une simple discussion avec ses indignés étudiants…

Sandra Cazenave