Cannes : palmiers, cocktails et VIP

« Etre une clubbeuse ou ne pas être. Telle est la question ». Le festival de Cannes, c’est le festival International du film. Mais au vue de la croisette et de ses soirées, il ressemble davantage à un épisode de Gossip girl qu’à un événement cinématographique. Votre Martine a infiltré ce monde de clubbers à paillettes. 

Certains rêvent de croiser Woody Allen ou Martin Scorcese à Cannes… D’autres de bécoter Frédéric Beigbeder. L’envers du décor du festival a de quoi dérouter. L’évenement de ce jeudi 17 mai, c’était la soirée d’ouverture de la Villa des Inrocks. Rien que pour avoir des pass, c’était pas gagné. Après avoir harcelé les attachés de presse, on a dégoté notre accès vers le paradis des gens swag (c’est comme ça qu’on dit dans les soirées cannoises !)

Une fois vêtus de leur plus belle chemise The Kooples ou de la dernière robe Zara, tous les hipsters azuréens se sont rassemblés. Histoire de faire genre « on adooooooore ce groupe tellement indé et alternatif » et de boire gratuitement dans un lieux somptueux. Ils ont pas été décu.

Cascadeur, le fou. Gossip, la folle

Beth Ditto se recoiffe entre deux chansons. Photo Inrocks.

Niveau musique, les Inrocks ont été à la hauteur de leur réputation. Cascadeur a fait du son avec une machine à papier ou un zuzu tout en troquant son casque de moto contre un masque de catcheur. Bref,  il a chauffé la salle. Mais la STAR, c’était Beth Ditto. Toujours surexcitée, elle a alterné chansons endiablées et blagues. Alors qu’elle raillait les fumeurs, elle a proposé du whisky à son public en talons hauts. Même Jean-Paul Gauthier, présent dans la « fosse », n’y tenait plus. Et il se déhanchait violemment sur les paroles d’Heavy Cross. 

Pour compléter le duo, les C2C ont déchaîné les clubbers, qui commençaient à plonger la tête dans l’herbe, atomisés par les cocktails surchargés. Les champions du monde de DMC ont régalé l’assistanat, qui passait alors au Vitamine Water avant de reprendre la voiture.

 Des peoples en veux tu, en voilà !

Les réalisateurs, c’est dépassé. Les stars de cette soirée, c’était Marco Prince (un funeste juré de la Nouvelle Star, et accessoirement le prince français du funk) ou encore le sosie de Gaspard de Justice. Tout le monde y a cru. mais, en réalité, ce n’était que l’humoriste Nicolas Ullmann déguisé. La surprise, c’était Julie Ferrier. L’humoriste servait de maîtresse de cérémonie (c’est so Cannes !). Au lieu d’un discours, elle a préféré faire un blind test. Et y a pas à dire, c’est moins ronflant.

Bérénice Bejo fait pâle figure à côté d’elle !

Pour les fanas du Grand Journal, Michel Denisot s’est prêté à une séance photo. Personne n’y a résisté, même votre Martine. Le problème, c’est que face à ce ponte de Canal +, on perd nos neurones. Et au lieu d’un « vos questions sont pertinentes mais vous manquez d’objectivité« , on sort un misérable « je suis FANNNNNNNNNN de vous ». C’est officiel, la fréquentation de VIP rend superficiel.

Le garde du corps, l’ami des groupies

Mais pour approcher tout ce beau monde (et espérer acceder au St Graal, le coin VIP), il faut se familiariser avec LA personne la plus proche d’eux en ce moment, leur bodygard. Pour le reconnaître, c’est facile : ils sont généralement grands, vêtus d’un costume, à l’allure rigide et mono expressif. Cela ne nous fait pas peur. Dès qu’on s’est rapproché de Jean-Paul Gauthier, l’homme de l’ombre nous a fusillé du regard. Mais votre Martine a feint l’innocence. Sans cesser de complimenter le garde du corps. Un petit, « vous avez vraiment un air de Daniel Craig » et le tour est joué. En avant les photos instagramés de cagoles cannoises.

Certains sont plus récalcitrants. Jouer alors la carte « compassion ». Oui, il n’a pas vu le concert. Et oui, on le plaint car il se couche tard. On sait jamais, ça peut marcher !

After, tu auras

Pour parfaire sa soirée, il faut aller sur la croisette. (même si c’est difficile de lâcher les cocktails fraise /vodka Belvédère/roquette de la villa des Inrocks). Jeudi soir, Martine s’est rendue au Chivas, pour la soirée Paris Première. Les coktails étaient encore gratuits. C’est vraiment plus facile quand on a de l’argent (ou des accréditations). Alors on danse a coté de Frédérique Bel en se disant qu’elle est pas si grande que ça. Et que « la minute blonde », c’était quand même drôle. Mais dur de paraitre naturelle dans cet univers. rien que les boudhas de la boite coûtent plus cher que notre tenue.

Les plus fous iront finir la soirée au VIP Rom voir « Jean Roch et David ». Ou boire un verre à 50 euros sur la croisette. Votre Martine a été se coucher. L’infiltration au milieu des stars, y a pas à dire, c’est éprouvant.

Sandra Cazenave

Publicités

Une réflexion au sujet de « Cannes : palmiers, cocktails et VIP »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s