Tim n’est que l’ombre de lui-même

Après Edward aux mains d’argent, son pamphlet contre l’intolérance et le racisme et Sleepy Hollow sa caricature de la tyrannie et de la dureté de l’impérialisme américain, Tim Burton signe avec Dark Shadow une critique molle et inconséquence du consumérisme.

Monstre + vampire + loup garou + fantôme = berk. / RB

Dark Shadows est un des films les plus attendus de 2012. Le public espérait retrouver Tim Burton, le révolutionnaire, le rebelle, qui, dans un film fantastique ou un thriller est capable d’insuffler des messages politiques sérieux et porteurs. Mais non. Dark Shadows ne sera pas le pamphlet anti-consommation voulu.

Promesse non-tenue

Le spécialiste du mélange des genres invite un vampire double centenaire dans la fièvre des seventies. Avec un scénario digne des Visiteurs, Tim Burton permet, dès les premières minutes, au spectateur d’adhérer à l’histoire de la famille Collins.
Les Collins, loin d’être les dignes héritiers du colon Joshua, qui en 1752 a construit la fortune familiale, vivent en 1970. Ils ne sont que les survivants mal-en-point de la malédiction familiale. Barnabas, le vampire sort de la tombe pour sauver cette famille de soûlards, de drogués et de pervers. Et, éventuellement, se venger d’Angélique Bouchard, la méchante sorcière. Voire, pourquoi pas, retrouver son grand amour.
Double lecture donc pour Dark Shadows qui promet un divertissement pas trop bête pour les enfants et une critique cinglante et maline pour les adultes. Sauf que non. Une fois compris le message principal – « la société de consommation, c’est mal » -, le public s’ennuie. Et a presque honte pour Tim Burton qui signe son arrêt de mort sur la fin du film.

Les freaks, c’est chic

Dark Shadows permet le retour du réalisateur à ses amours monstrueuses. Après son ode à la différence, au respect et à la tolérance dans Edward aux mains d’argent, Tim Burton se réapproprie le thème de la différence pour l’adapter aux seventies. Mais là où le héros aux ciseaux tire les larmes et fait réfléchir le spectateur, les Collins ressemblent plus à un jeu des 7 familles de monstres qu’aux figures de SOS racisme.
Un loup garou et un vampire dans le même film, c’était déjà osé. Mais y ajouter une sorcière, une psychiatre et plusieurs fantômes, c’est carrément une faute de goût. L’analogie grossière des messages de paix et d’amour des hippies avec le rejet de la guerre d’Afghanistan et d’Irak, ça sent le réchauffé. Les amants éternels qui se retrouvent à travers les siècles puis qui préfèrent mourir ensemble que vivre séparés, c’est définitivement désuet.

Trop de genres tue le genre

Film pour enfants ? Film fantastique pour adolescents ? Film d’humour ? A trop mélanger, Tim Burton a réussi à perdre le spectateur.

Pour ne pas être excessivement sévère, il faut reconnaître que Dark Shadows possède de belles qualités. L’humour bien trouvé et plaisamment acerbe. La facétie de Jonnhy Depp qui incarne Barnabas à merveille. Les acteurs en général qui jouent tous leur rôle sans une fausse note. La musique rock 70’s et l’apparition d’Alice Cooper, pour les nostalgiques de l’époque… Mais on reste bien loin du génie de Beetle Juice et malgré les références grossières, Dark Shadows ne convainc pas.

Pauline Amiel

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s