L’art d’ Helmut Newton sur papier glacé

La mode est un art. Helmut Newton, le célèbre photographe, l’a prouvé dans ses clichés pour Vogue. Grâce à la collaboration de sa femme June, une monographie à son honneur se tient au Grand palais à Paris jusqu’au 17 juin prochain. C’est la première rétrospective française dédiée au photographe depuis sa mort en 2004.

Cette exposition retrace l’imaginaire porno-chic du photographe. Souvent jugé « sulfureux » ou « obscène » , il donne sa propose vision de la femme : séductrice, forte ou encore libre.

Helmut, en bref

De son vrai nom, Helmut Neustädter a commencé très jeune son immersion dans le monde de la photographie. A tout juste 16 ans, il suit les cours de la célèbre photographe Yva (Else Neuländer-Simon). Elle l’initie au nu, au portrait et à la photographie de mode. Après de multiples aventures, il se fixe. C’est à cette époque qu’il signe un contrat avec Vogue. Nous sommes alors en 1957. Il va notamment travailler de nombreuses fois avec l’édition parisienne. Et poursuivre sa carrière chez Elle, Marie Claire,  ou Nova.

« J’adore la vulgarité. Je suis très attiré par le mauvais goût, plus excitant que le prétendu bon goût, qui n’est que la normalisation du regard« . Le célèbre photographe déclare ainsi sa flamme à la vulgarité, pourtant décriée. Loin de prendre en photo de belles femmes devant une plage paradisiaque, Helmut Newton y préfère les menottes et autres accessoires pornographiques. Ainsi, il raconte sa vision d’une histoire. Celle d’une époque où triomphent  les paparazzis et la jet-set. Et une période qui connaît les prémices de la pornographie marchande. Un style inégalable.

Parmi les 200 images exposées, une petite sélection…

Erotisme subjectif …

"Ma matière, c'est la chair humaine" a t-il avoué. Le nu, un des thèmes de prédilection de l'artiste

Ces nus étaient inspirés de photos d'identité judiciaire.

La mode provocatrice… de sensation

Pour H. Newton, une photographie de mode devait ressembler à "une photo souvenir, à un cliché de paparazzi."

Des icônes conceptuelles. Que dis je, "des amazones" voulues par H.Newton. L'homme aime transformer ses modèles en bourgeoises effarouchées ou soubrettes dominatrices.

La mode, synonyme pour Helmut de luxe et de glamour.

Choquer pour fantasmer

Classique, la marque Hermes devient sauvage sous l'objectif d'Helmut Newton.

Des portraits orientés

Catherine Deneuve revisitée par Helmut. Ainsi, il travestit les "stars" du moment pour ses clichés. "Je montre le monde des riches et leurs relations" justifiait-il.

Bien sûr, tous ces clichés sont à prendre avec dérision. Les chiennes de garde pourraient s’insurger contre l’imagination de ce maso-machiste. Mais non, l’humour doit être le maître mot de cette exposition. Comme l’a dit le photographe, « dans la vie, il faut savoir se moquer de soi. Et surtout ne pas se prendre au sérieux. »

Sandra Cazenave

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s