Le hashtag de la honte

Ras le bol des tweets des politiques ? D’autres combats trouvent un nouveau souffle sur Twitter. En l’occurrence, les victimes de viol, d’attouchement et de harcèlements sexuels. Avec le hashtag #idinotreport ( qui signifie  « je ne l’ai pas signalé ») les témoignages fleurissent. Une prise de conscience 2.0.

La honte, la peur de pas être prise au séreux, le déni…  Autant de raisons qui peuvent empêcher des femmes d’avouer les abus dont elles ont été victimes.

En effet, 1600 femmes ont répondu à une enquête des Mumsnets, féministes anglaises. Parmi cet échantillon, 83% de celles qui ont été violées ou sexuellement agressées confessent ne pas avoir porté plainte. Face à cela, elles ont lancé une campagne intitulée We Believe You (nous vous croyons). L’occasion de faire sortir des placards ces abus. Et de dénoncer les stéréotypes liés aux agressions sexuelles.

Du soutien et des témoignages

Cette campagne est reprise sur la twittosphère,  avec le hashtag #ididnotreport. Beaucoup de messages de soutien apparaissent. Et notamment pour dire « que le combat en faveur de l’égalité n’est pas achevé ». D’autres regrettent que ces aveux d’agression soient tabous et entachent trop souvent « la carrière professionnelle », notamment pour le harcèlement moral au travail. Si Martine ose porter une jupe, elle aura le droit à de multiples réflexions… Le sexisme sévit toujours.

Certains twittos en profite pour accuser la société actuelle. Et notamment la normalisation dans les médias des dérives sexuelles. Heureusement, il y a quelque progrès dans ce sens. Récemment, les concours de mini miss ont été interdits en France.

Les nouvelles féministes

Dans la même lignée, le mouvement des « Slutwalks », littéralement « marche des salopes » se bat à sa manière pour libérer les femmes de la « loi du silence ». Qui n’a jamais entendu dire « t’as vu comment elle est habillée celle-la? C’est un appel au viol » ? Tout le monde. Pour combattre ces discours réactionnaires, des femmes défilent nues ou habillées comme des « aguicheuses ». Le principe vient du Canada . Leur message : « Ne dites pas aux femmes comment s’habiller, dites aux prédateurs de ne pas violer. ». Une autre manière de dénoncer le sexisme.

Sandra Cazenave

Les tweets valent mieux que les grandes phrases, alors foncez sur #ididnotreport.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s