J Egar, l’homme aux secrets

J. Edgar est LA sortie cinéma du mois. Une plongée fascinante dans les tréfonds des États-Unis, à travers le regard de Hoover. Clint Eastwood chuchote à l’oreille du spectateur la face cachée de l’histoire américaine. Le déni et les tabous du FBI comme personne ne les a jamais vus.

J Edgar sous les traits de Leonardo Dicaprio

« L’homme aux secrets ». Ça aurait pu être le titre du nouveau Clint Eastwood. J. Edgar transporte le spectateur derrière la face cachée des mystères d’État. Du meurtre de Charles Lindbergh Junior aux écoutes téléphoniques illégales, la construction du FBI est décryptée par le réalisateur. Porté par un Leonardo Dicaprio transfiguré et impressionnant, le film pose les questions justes sur les secrets d’état.

Rongé par l’ambition, la paranoïa et la vengeance, J. Edgar Hoover a transformé la face du monde. Entre Janus et docteur Jeckill, le haut fonctionnaire a l’image carrée se révèle dans le film  être un homme complexe. Un régal de psychologues.

Un petit secret pour l’homme, un grand pas pour les États-Unis ?

A quoi auraient ressemblé les États-Unis si la répression de Hoover n’avait pas enfermé dans des camps les protestataires ? C’est la question-tabou qui traverse le film.
Mais avant d’être le récit de la décadence liberticide qui a amené au Patrioct Act, J. Edgar est le déclin d’un homme aux commandes de l’État. A travers la diction des mémoires de J.Edgar, d’incessants retours vers le passé permettent de comprendre pourquoi Hoover est devenu l’homme le plus craint de toute une nation. Et ils se transforment rapidement en révélateur de vérité. En Wotan du XXIème siècle, Hoover tient tous les personnages dans ses mains. Clint Eastwood dévoile les usurpations, les erreurs et les abus de tout un système. Celui de la justice américaine. L’arrestation du célèbre criminel John Dillinger ou d’Alvin Karpis sont scénarisées.

Transporté par le jeu des acteurs

Comme dans le Crépuscule des Dieux, la paranoïa et la répression de Hoover ne feront que l’amener jusqu’à sa fin. Sans accrocs, les acteurs interprètent ses instants dramatiques de l’histoire avec un grand H.

Leonardo Dicaprio métamorphosé!

Avec son jeu entre l’admiration et la détestation, Naomi Watts propose une interprétation parfaite. La secrétaire soumise et déterminée est la clé des secrets d’état d’Hoover. Comme dans un labyrinthe sans fin, le spectateur se perd entre la fiction et la réalité, les mensonges et le double discours. Un film admirable qui donne à penser.

Secret de chambre

Clint Eastwood emporte son obsession du caché jusque dans la chambre à coucher. Pas celle de l’amante ou de la femme. Mais celle de la mère. L’interprétation du complexe d’œdipe version politique par une Jocaste authentique, Judi Dench, est excellente. Sans femme, reniant son homosexualité quitte à blesser l’amour de sa vie, le personnage de Leonardo Dicaprio se refuse à être lui-même. La scène du travestissement, réel hommage à Psychose, est ahurissante.

Un amour secret


« L’admiration de toute une nation n’est rien sans amour » confie une jeune actrice à J.Edgar. Un conseil dont le chef du FBI n’a que faire. Son patron préfère cacher sa vraie nature. A la manière d’un enquêteur, Clint Eastwood décortique les rares moments d’intimité entre J.Edgar Hoover et son bras droit, Clyve Tolson.  Les séquences d’intimité sont muettes, tout en retenue. Le spectateur ne peut que trembler en attendant qu’il se passe quelque chose.
Là où une psychanalyse aurait pu sauver l’affaire, Clint Eastwood renforce le brouillard autour des secrets de famille. Le spectateur ne peut s’empêcher, en sortant de ce film poignant, de se demander à quel point les États-Unis n’auraient pas été changés si ce névrosé avait assumé ses pulsions. J. Edgar n’a-t-il pas réprimé dans son pays tout ce que son esprit ne pouvait accepter en lui-même ?

Pauline Amiel et Sandra Cazenave

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s