Ruptures. Episode 4 de votre série spéciale Martine

Qui n’a jamais passé deux heures au téléphone à réconforter une amie ? Qui n’a jamais préparé des litres de chocolat chaud et entassé des mouchoirs sales dans la poubelle ? Qui n’a jamais dit « les hommes, taçon, c’est tous des salauds » ? Rassurez-vous, je n’ai pas été douloureusement larguée : on ne largue JAMAIS une Martine. Mais franchement, j’ai quelques petites histoires de rupture plutôt savoureuses. C’est l’heure de vider son sac. Alors, pour venger toutes nos copines abandonnées, Top Ten des meilleures ruptures.

La calculette

Dans la série « je ne vaux rien mais j’ai de l’imagination », je vous présente… Julien. Julien est genre LE beau gosse un peu rebelle. Celui dont les filles sont amoureuses secrètement tout en sachant qu’il ne leurs accordera jamais un regard. Parce que, en temps que LE beau gosse, forcément il est prétentieux. Il pavane, fait le paon, traîne ses pompes de skate trop cool dans le couloir. Mais, comme dirait l’autre, ça ne dure que le temps d’un matin.

Vous ne verrez plus jamais votre calculette de la même manièrepareil.

Nous, on le sait bien  aujourd’hui. On a grandi. On s’est toutes réjoui de voir LE beau gosse de notre lycée père de famille à 19 ans ou caissier à Decathlon parce qu’il a loupé ses études. Et on a savouré cette victoire.

Adeline ne sait pas encore que Julien est un beauf en puissance. Comme 42% des filles de première de son lycée, elle est amoureuse de Julien et pour rien au monde, elle ne l’avouerait. Ca fait plusieurs mois qu’elle se le bade. Le matin, s’il lui fait la bise, elle a gagné sa journée. Même que parfois, elle se change en screud dans le bus sans se faire griller par ses parents. Dans l’espoir qu’il la remarque.

Il faut croire que ses efforts, ou son régime à base de salsifis,ont fonctionné. Un lundi d’hiver gris et froid, il vient la voir. Une discussion dont elle se souviendra toute sa vie:

Salut ca va ? demanda-t-il en lui faisant la bise.

Ouai. T’as passé un bon week-end ? répondit-elle en pensant qu’elle avait gagné sa journée.

Cool. Au fait, t’as quelqu’un en ce moment ? Parce que, tu vois, tu m’plais bien, donc se s’rait cool qu’on soit ensemble, lança-t-il sur cet air nonchalant qui la fait craquer.

Ah ouai, okay. Ca peut-être cool d’essayer, déglutit-elle en essayant de pas perdre sa mâchoire.

Sur cette conversation passionnante et au vocabulaire très varié, il repart, sans avoir oublié de lui coller un bon petit baiser sur les lèvres. Là, on la perd. Adeline essaie de traverser paisiblement la cour de récré vers ses copines. Sans rien laisser paraître. Sans que ses jambes tremblent.

Le mathématicien poète

L’idylle dure ainsi quelques jours. On se prend la main, on se lance un regard de biais en replaçant sa mèche de rockeur grunge, on décrypte les sms pendant des heures. Il faut savoir que ce qu’Adeline craint le plus, à part les 42% de meufs qui veulent la tuer depuis qu’elle sort avec Julien, ce sont les frères Ironov. Les meilleurs amis de Julien. Evidemment. Deux frères jumeaux. 1.90 mètres au garrot. Des gueules de porte-bonheur. Deux vrais terreurs pour une jeune fille de 16 ans un peu timide.

Évidemment, un des deux Ironov est dans la classe d’Adeline. Le lundi après le début du couple, le Porte-bonheur s’assoit en classe à côté d’elle. Une première. Ca sent l’embrouille. Deux heures de mathématique, c’est long. Mais avec lui à côté, c’est un enfer. Et comme elle l’avait pressenti, ce n’était pas pour sa conversation qu’il s’était assis là.

Au bout de 45 minutes, il prend sa calculette et son blanco. Adeline, faignant d’être « cool », laisse faire. Genre je-m’en-fous. Deux minutes après, il lui rend avec un graaaannnnd sourire. Elle retourne la calculette et lit: « Julien kasse ». La moitié de la classe rit. Spécialement les filles.

Après enquête, Adeline s’est rendu compte que Julien l’avait choisie pour un pari. L’enjeu ? Une canette de coca. Qu’il a bu en deux minutes, posté bien en face d’elle dans la cours de récré. Sa calculette taguée, Adeline, elle, l’a gardée encore un an.

Martine

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s