Garçon ou fille ? C’est toi qui choisis, chéri

Choisir le sexe de son bébé ? Une idée folle qui se rapproche des portes de l’Europe.Le site de TV5 Terriennes s’inquiète de la situation. La sélection prénatale en fonction du sexe existe depuis longtemps en Asie. Aujourd’hui, le Sud-Caucase et les Balkans sont aussi concernés.

Le site Terriennes pose la question de l'avortement à cause du sexe. / PA

L’élimination des foetus féminins se développe au sein des populations européennes. La préférence sociale et le modèle patriarcal ont engendré ce phénomène depuis plusieurs dizaines d’années en Asie. Camille Sarret explique que la diaspora asiatique en Grande-Bretagne a permis le développement de cette sélection par le sexe. Une fille vaut toujours moins qu’un garçon dans l’esprit de certains parents.

Des avortements sexo-sélectifs

Le ratio de naissance normal est de 105 garçons pour 100 filles. Au Kosovo, en Albanie, en Arménie, dans l’Azerbaïdjan et en Géorgie, il se situe entre 110 et 115 garçons pour 100 filles ! Qu’est ce que ça change ? Tout. D’ici vingt ans, ce sont plusieurs dizaines d’hommes célibataires et une baisse des naissances.

Le Conseil de l’Europe a déjà agi. Il a sommé les quatre derniers Etats « d’enquêter sur les causes et les raisons des sex-ratios asymétriques à la naissance. » La tradition renforce la position dominante du mâle. Les pays doivent donc « relever le statut des femmes dans la société ».

Des conséquences désastreuses

Sans aller jusqu’au chaos imaginé par Amin Maalouf dans le Premier siècle après Béatrice, la situation peut inquiéter. L’idée qu’un garçon perpétue le nom et qu’il est un soutien plus solide ne diminue pas. Le problème ? L’équilibre social est en jeu. Avec un nombre d’hommes célibataires trop important, c’est le renouvellement de la population qui est menacé.

En Chine, par exemple, le mariage de force ou par correspondance et le trafic d’épouses sont en hausse. 94% des célibataires sont des hommes ! Et par conséquent, les droits des femmes passent à la trappe. De quoi s’inquiéter.

Pauline Amiel

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s