Laurent Voulzy : l’invitation au voyage

Chez les Martines, on a un nouveau venu. Spécialiste de l’industrie musicale, c’est un cdvore ! Il tourne à un album par jour minimum. S’il a pas sa dose… C’est le drame. Alors chaque semaine, cet accro à la musique vous donne son « best-of ».

Lys & Love – Laurent Voulzy

dernier album de Laurent Voulzy, sorti le 28 novembre.

L’album s’ouvre sur des mots, des paroles. Et une invitation à un voyage. Et quel voyage ! Ce n’est pas une galette comme les autres… Elle nous fait franchir toutes les frontières possibles.

Voyage dans le temps. Ce disque, très emprunt de musiques médiévales, allie flûtiau et synthétiseur sans vergogne. Jeanne, sorte de Viva la vida down-tempo est une démonstration appliquée d’un autotune maîtrisé… Car Laurent Voulzy, c’est quand même une voix !…Très marquée par la réverb et l’écho comme on n’en fait plus aujourd’hui.

Médiévale toujours ! Entre Blackdown qui fait prendre des airs à Laurent de troubadours au milieu de sa nature, et Ma seule amour au lyrisme d’une amour engagée, quasi-patriotique.

Et en plus de cet aller-retour permanent entre passé et présent (Our Song, qui mélange pop française en couplet, et musique moyennageuse en refrain), les chansons relient la France et l’Angleterre, comme un pont : En regardant vers le pays de France (clin d’oeil au background vocal de Nolwenn…) laisse apparaître les premières flûtes de l’album. On remarque aussi Glastonbury, une chanson impressionniste accompagnée d’une mise en situation sonore intéressante (le galop des chevaux qui font la rythmique de la chanson).

L’album aurait pu se finir sur la ballade La Nuit. Au lieu de ça Maître Voulzy nous embarque pendant quinze minutes vers une 9e Croisade, la plus universelle qui soit, celle de l’amour. Entre voix monacales et musiques d’Orient, cette oeuvre très ancrée dans la réalité avance telle un navire de guerre pour arriver sur les côtes d’un désert aride au pays de l’orient. Un navire de guerre au service de l’amour… faudra-t-il en arriver là ?

Car il le clâme haut et fort, J’aime l’amour clôt l’album. Bien plus qu’un slogan, un combat. Merci pour le voyage… et n’oubliez pas le guide.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s